Le Chapelet
+ Chapelet traditionnel
+ Chapelets de dévotion
Bonne Nouvelle
+ La Prière
+ La Passion du Christ
 -  La Vierge Marie
+ Les JMJ
Christ Miséricordieux
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Liens
La Vierge Marie - Présentation de Marie

assomption.jpg 

  Dans l’Eglise Catholique, Marie, Mère de Jésus, Mère du Verbe, tient une place très importante que l’on ne retrouve pas chez les protestants qui ont plutôt tendance à condamner cette posture en y voyant une atteinte à l’unique médiation du Christ.


   Marie est un personnage mystérieux, qui n’apparaît que très rarement dans le Nouveau Testament.
  
   Les Epîtres pauliniennes ignorent Marie, à l’exception d’une allusion indirecte et très sommaire en Galates 4.4 (« Dieu a envoyé son fils, né d’une femme »).
 

   L’Evangile de Marc ignore presque Marie car ne relate pas les récits de l’enfance. Seulement trois versets sur un total de 680 y font allusion (Mc 3.31-32 et Mc 6.3) On retrouve d’ailleurs ces deux allusions à Marie chez Matthieu (Mt 12.46-50, Mt 13.55-56) et chez Luc (Lc8.19-21).
  
   Dans l’Evangile de Matthieu, Marie est évoquée plus souvent. En effet dans cet Evangile est relaté l’enfance de Jésus, tout comme chez Luc, ce qui prête à plus de présence de Marie, sa mère. Cependant, on est loin des bases de développement d’un culte marial. En effet, Marie apparaît dans la généalogie de Jésus (Mt 1.16 « l’époux de Marie de laquelle est né Jésus ») et ce n’est pas elle mais Joseph qui reçoit l’annonce de la conception miraculeuse (Mt 1.18-23). Dans le chapitre 2, c’est Jésus qui est au centre de l’intérêt et Marie n’est pas nommée, on retrouve simplement 5 fois l’expression « avec sa mère ».

 
   L’Evangile de Luc relate également l’enfance du Sauveur, mais, à la différence de Matthieu, Marie à une place prépondérante. C’est elle qui reçoit la visite de l’ange et l’annonciation de la naissance du sauveur (1er mystère joyeux du rosaire, Lc 1.26-38), on la découvre également allant visiter  Elizabeth (2ème mystère joyeux, Lc1.39-55). A cela il faut ajouter le récit de la nativité qui mentionne Marie nommément (3ème mystère joyeux, Lc 2.1-20) la présentation au temple avec la prophétie de Siméon adressée personnellement à Marie (4ème mystère joyeux, Lc 2.22-38). Enfin, Luc relate l’épisode de la perte de Jésus à Jérusalem, mais Marie est simplement évoquée, « sa mère », lorsque elle parle (5ème mystère joyeux, Lc 2.40-51).  A par ces passages, Marie n’est plus évoquée chez Luc, simplement dans les Actes, en prière avec les apôtres (Ac 1.14).
  
   Enfin, dans l’Evangile de Jean, rien sur Marie n’est spécialement ajouté pour développer un culte. Marie est tout de même présentée comme proche de son Fils, elle est présente lors du premier miracle de Jésus (Noces de Cana, Jn 2.1-12, 2ème mystère lumineux) qu’elle provoque par son intervention, et elle suit le Christ durant son douloureux calvaire, se trouvant au pied de la croix. Encore que durant ces deux épisodes on sent une certaine distance surtout à Cana où Jésus répond « Que me veux-tu femme ? »              


  On voit bien que ces évocations de Marie ne peuvent être à elles seules la base du développement du culte marial, qui provient surtout des récits apocryphes (nom de ses parents, grotte de la nativité, fontaine de l’annonciation…) et de la tradition populaire.
 

  Au fil des siècles le culte marial s’est donc développé, on compte six fêtes mariales en Orient au VIème siècle et au VII ème siècle quatre fêtes mariales apparaissent dans le canon romain. C’est surtout en occident au XII-XIII que l’essor sera important. Le Je vous salue Marie devient ainsi prière de référence à côté du Notre Père, Bonaventure développe le thème de Marie « coopérante » à l’œuvre rédemptrice du Christ par sa présence lors du sacrifice de la croix et de la douleur qu’elle dut ainsi supporter.


   Ensuite, ce sera une lente évolution vers la conception d’un culte à part entière, très souvent sujet à polémiques. Les nombreuses apparitions de la Vierge Marie ou supposées apparitions, ont contribuées au développement de ce culte.

  ( d’après Hébert Roux, Encyclopaedia Universalis)

 

L’Eglise romaine a défini 4 dogmes relatifs à Marie.

Sa Virginité

   L’Eglise catholique croit en la virginité de Marie non seulement au moment de l’enfantement du Christ mais également après. Ce dogme est affirmé dans le texte du CREDO, « [Jésus-Christ]est né de la Vierge Marie ». Cette croyance en la virginité de Marie fut en évidence dès le début de l’Église. Nous le voyons dans les écrits des Pères Apostoliques, dans les oeuvres de Saint Ignace (107), de Saint Justin (165), de Saint Irénée (202), de Saint Éphrem (373), de Saint Ambroise (397), de Saint Augustin (430) … Le Concile de Latran (649) consacrera l’expression de « toujours vierge ».

   Le débat sur le fait que Marie ait eu d’autres enfants après Jésus est récurrent, ses défenseurs s’appuyant sur les Evangiles pour appuyer leurs propos. Souvent revient donc la question des frères de Jésus.

Matthieu13
55   N'est-ce pas le fils du charpentier? n'est-ce pas Marie qui est sa mère? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères?
56   et ses soeurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D'où lui viennent donc toutes ces choses?   (=Mc6 :3)

Matthieu 12
46   Comme Jésus s'adressait encore à la foule, voici, sa mère et ses frères, qui étaient dehors, cherchèrent à lui parler.
47   Quelqu'un lui dit: Voici, ta mère et tes frères sont dehors, et ils cherchent à te parler   (=Lc8 :20)
  
Galates 1
19    Jacques, le frère du Seigneur
  
   De plus, dans l’Evangile de Luc, on parle à propos de Jésus de « son fils premier-né » ce qui pourrait supposer que Marie ait bel et bien enfanté d’autres enfants. (Lc2,7)
  
   Mais, ce débat est sujet à de nombreuses controverses , nous pouvons simplement nous interroger sur le fait que sur la croix Jésus confie sa Mère à Jean, son disciple, ce qui pourrait paraître étrange si il avait des frères !!
 

Sa Maternité Divine

   Au Concile d’Ephèse, en 431, Pie V officialise le titre de « Théotokos » relatif à Marie. Elle est la Mère de Dieu, sa maternité est divine. On retrouve ce titre dans la prière du Je vous salue Marie.

 
Son Immaculée Conception

    Sensible à la foi constante des catholiques envers Marie, Pie IX, en 1854, a proclamé dogme de foi l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Dès sa naissance, Marie a été exempt de tout péché, elle n’a jamais contracté la tache du péché originel.


Son Assomption Glorieuse

  De la même manière, en 1950, été proclamé le dogme de l’Assomption de Marie par Pie XII. Dès le VIème  cette fête se célébré en Orient sous le nom de fête de la dormition de le sainte Vierge. Cette fête célèbre la montée au ciel de Marie et son entrée, en son corps et en son âme, dans la gloire. Le corps qui porta le Verbe incarné et qui ne fut pas souillé par le péché ne pouvait pas connaître la corruption qui suit la mort.

 

De nombreuses  fêtes sont liées à Marie, voici le calendrier des fêtes mariales :
 

1er janvier : Solennité de Sainte-Marie, Mère de Dieu

2 février : Fête de la présentation du Seigneur au Temple, Purification

11 février : Mémoire (facultative) de Notre Dame de Lourdes

25 mars : Solennité de l'Annonciation du Seigneur

31 mai : Fête de la royauté de Notre-Dame

Samedi après la solennité du Sacré-Cœur : Mémoire du cœur Immaculé de Marie

16 juillet : Mémoire (facultative) de Notre-Dame du Mont-Carmel

26 Juillet : Saint Anne et Saint Joachim, parents de Marie

5 août : Mémoire (facultative) de la dédicace de Sainte-Marie-Majeure

15 août : Solennité de l'Assomption de la Vierge Marie

22 août : Mémoire de la Vierge Marie Reine

31 Août : Sainte Vierge Marie Médiatrice

8 septembre : Fête de la Nativité de la Vierge Marie

15 septembre : Mémoire de Notre-Dame des 7 douleurs

7 octobre : Mémoire de Notre-Dame du Rosaire

21 novembre : Présentation de la Vierge Marie

8 décembre : Solennité de l'Immaculée Conception

 
        Selon les litanies de la Sainte Vierge, Marie porte les titres de : Sainte Marie, Sainte Mère de Dieu, Sainte Vierge des Vierges, Mère du Christ, Mère de la divine grâce, Mère très pure, Mère très chaste, Mère toujours vierge, Mère sans tache, Mère aimable, Mère admirable, Mère du bon Conseil, Mère du Créateur, Mère du Sauveur, Vierge très prudente, Vierge vénérable, Vierges digne de louange, Vierge puissante, Vierge clémente, Vierge fidèle, Miroir de justice, Siège de la sagesse, Cause de notre joie, Vase spirituel, Vase honorable, Vase insigne de dévotion, Rose mystique, Tour de David, Tour d'ivoire, Maison d'or, Arche d'alliance, Porte du ciel, Étoile du matin, Salut des infirmes, Refugedes pécheurs, Consolatrice des affligés, Secours des chrétiens, Reine des Anges, Reine des Patriarches, Reine des Prophètes, Reine des Apôtres, Reine des Martyrs, Reine des Confesseurs, Reine des Vierges, Reine de tous les Saints, Reine conçue sans la tache originelle, Reine élevée dans les cieux, Reine du très saint Rosaire et enfin Reine de la paix.




Date de création : 05/10/2005 - 11:48
Dernière modification : 01/07/2010 - 11:50
Catégorie : La Vierge Marie
Page lue 7153 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

^ Haut ^

lechapelet.free.fr : site dédié à la prière du chapelet et autres prières et dévotions catholiques
 

  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.03 seconde